Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Moitoresto

La Grenouillère * La Madelaine-sous-Montreuil (62) - 22 juillet 2013

(Mise à jour : La Grenouillère a ENFIN gagné une étoile, passant de 1 à 2, dans le Guide Michelin 2017) 

Génial, unique, brut, décalé mais cohérent...

la-grenouillere-alexandre-gauthier-2013.jpg

 la-grenouillere-alexandre-gauthier-2013-2.jpg

la-grenouillere-alexandre-gauthier-copie-2.JPG

  "L'auberge de la Grenouillère"... Derrière ce nom très sage se cache une cuisine qui ne l'est pas du tout, un restaurant unique (en France en tout cas). Il est très rare de vivre une expérience "complète" où la cuisine est en rapport avec l'espace environnant, l'architecture, la vaisselle, le service etc. Ici, le moindre détail a été finement pensé pour que tout soit à l'image de la personnalité du chef, Alexandre Gauthier. Cela a été rendu possible par d'importants travaux mis en place il y a 2-3 ans, transformant une partie de l'auberge typique familiale (son père, Roland Gauthier, ayant déjà été gratifié d'une étoile Michelin avant de passer le relais) en y rajoutant 2 structures métalliques et modernes, dont les matériaux bruts se fondent parfaitement bien dans cette campagne marécageuse.

      Et vous allez me dire, d'accord, c'est bien beau tout ça, mais "quelle est la personnalité de ce chef?". Et bien, ce chef est... différent. Tout dans ce restaurant est différent. La seule donnée qui ne change pas : la qualité des plats servis. Dés l'accueil, on vous emmène vers une terrasse.... différente. Les mises en bouches sont... différentes. La salle du restaurant est... différente. Le mobilier est.... différent. La carte du restaurant (pas seulement les plats mais le support de la carte en lui-même) est ..... différente. La vaisselle est ... différente. Le dressage des plats est ... différent (et largement pompé par Florent Layden de Top Chef). Les toilettes sont ... différentes. Les plats sont... différents. Le ramasse-miette est... différent. Le rince-doigt est... différent. Etc, etc, etc, etc.
Tout y est différent (avec souvent un soupçon d'humour) mais pas juste pour le gadget, car le tout forme un ensemble extraordinairement cohérent. "Ma cuisine, je ne la veux surtout pas gadget, artificielle et encore moins superficielle. Je la veux juste pertinente ou impertinente…" dixit le chef.  

    J'ai été enchanté par ce repas que j'ai plus que fantasmé. Les 11 plats proposés sont tous d'une qualité irréprochable, tant au niveau de la précision des cuissons, des assaisonnement, que des dressages, de l'originalité, des associations de saveurs et des jeux de textures.  Ce n'est presque plus de la cuisine, c'est de l'art. Voici un très bref descriptif de nos 11 plats:  

 menu-la-grenouillere-2013-alexandre-gauthier---sm-copie-2.jpg
(cliquez pour avoir le menu en meilleure résolution) 

Mises en bouche. Très originaux. Je vous laisse la surprise.

Crevettes grises, tofu de chèvre. Frais, original. On continue doucement mais sûrement, après la surprise des amuses bouches très décalés.

Tourteau, melon. Assiette magnifique, une association inédite entre le melon et des produits de la mer. Excellent.

Cornichon, tarama à l'estragon.  Une cuisine "brute" comme la veut le chef. Un cornichon snacké encore croquant, un délicieux tarama à l'estragon et une tranche de "speck".  Un des grands plats du menu.

Saint Pierre, épinard fumé. Toujours un sans faute.  

Courges Jaunes, coques. Encore une fois, une cuisine simple, brute, avec seulement 3 produits (courge, coque, citrons) cuisinés à la perfection. Les coques éclatent en bouche. Excellent.   

Grenouilles meunières. Un classique de la maison. Cuisinées simplement mais parfaitement, avec des minis croûtons, du citron et un magnifique beurre noisette. Excellent... et finalement "classiquement original".  

Boeuf compressé, truffe. On arrive au "pic" de ce repas. Sous un verre fumant arrive un petit rectangle de boeuf, seulement poêlé sur une face. Encore une fois, cuisine "brute", limite "sauvage" voulue par le chef. De fines lamelles de boeuf en carpaccio cachent de la truffe, la viande a été légèrement fumée. Magnifique plat, et je pèse mes mots.

Cochon comme un jambon. Servi avec un étonnant "blé vert". Toujours parfait. Accompagné de la fameuse brioche en forme de.... (qui me fait un effet "madeleine de Proust" en me rappelant la pâte des beignets de viande de ma Finlande maternelle).

Le fameux gâteau de miel au citron. Je laisse planer le mystère sur ce plat qui annonce le sucré. 

Fraise confiturée, biscotte. Encore un dressage unique. Tout rappelle la biscotte du matin. Par contre, il y a à mon goût trop de cette "confiture" de fraise.

Concombre, verveine. Amateur de verveine et de légumes en dessert, j'ai été plus que conquis.

Cacao, cerfeuil. Ayant vu de nombreuses fois ce dessert étonnant, j'ai demandé gentiment à remplacer le dessert du menu par celui-là. Cela aurait également permis de faire "moitié-moitié" avec Moitoresto femelle. La demande ayant été mal comprise, nous avons tous les deux eu cet excellent dessert! Le "moit-moit" attendra la prochaine (et je demanderai la bulle d'oseille, pour avoir un service rock n'roll !).

CONCLUSION : un repas PAR-FAIT avec un service au top. Alexandre Gauthier laisse la chance aux jeunes, la bonne ambiance et le souci de bien faire se ressentent. Un (très) bon point de plus pour cette magnifique adresse.

Seul regret, le service est (normalement) décalé, avec beaucoup de surprises, parfois même spectaculaire (à la manière du service en salle de Thierry Marx période Cordeillan-Bages avec son Bar "Age de pierre" dans sa coque en argile cassée devant le convive, le "Boeuf  fumé aux sarments" qui arrive fumant dans son paquet cadeau en salle etc). Nous n'avons donc pas eu la chance d'avoir le "spectacle" en salle de la "pierre volcanique", du "homard genièvre", de la "bulle d'oseille"... Ce n'est que partie remise car il est certain que nous reviendrons dans cette superbe adresse, qui mérite à elle seule le voyage dans le Pas-de-Calais (et pour nous 10 heures de route, malheureusement!). Et nous aurons peut-être enfin ce service "décalé" sur certains plats qui rend l'expérience encore plus différente, jusque dans le service, très classique ce jour-là (mais néanmoins parfait). 

    D'ailleurs, à une époque où tout se sait grâce aux réseaux sociaux, où les albums se téléchargent avant leurs sorties, où l'on voit les seins avant les slips, il y a peu de place à la suprise, à la découverte. Et c'est dommage, car ce restaurant mérite l'effet de surprise pour être une expérience encore plus grandiose. J'imagine la jouissance intérieure du chef (puis des clients) qui accueille dans son auberge des clients non avertis qui arrivent ici par hasard en suivant l'étoile, des clients plutôt classiques qui auraient dû se rendre au "Château de Montreuil" et qui vont de surprise en surprise et finissent... enchantés! (car les retours des clients sur internet sont excellents, donc les gens repartent ravis!). J'imagine aussi sa joie de voir sa "brioche" dans les mains des clients (et surtout des clientes).Je comprends pleinement le souhait d'Alexandre Gauthier de ne pas voir les photos de ses plats diffusés : son restaurant et sa cuisine méritent le mystère. Voilà pourquoi ce compte-rendu n'a pas de photo et que la description des plats est succincte. Si vous voulez absolument des images, il y a plein de liens sur internet pour ça. Mais, personnellement, je ne vous le conseille pas. J'ai tout lu, tout regardé, tout décrypté avant d'y aller. Même en lisant tout cela, j'ai été très surpris, et j'ai souri de bonheur à chaque découverte. Mais je l'aurais été davantage sans avoir fait le monomaniaque avant.  

    Donc croyez-moi, si vous avez la chance de n'avoir encore rien lu sur ce restaurant (ou pas grand chose), allez-y et ne lisez rien. La Grenouillère est une très grande adresse, de surcroît unique en France. Merci, merci et encore merci. Votre objectif fût largement atteint, puisque je suis sorti du restaurant en ayant envie de me diriger vers les huttes.

Détail qui en dit long sur la personnalité du chef, l'eau est offerte. Selon Alexandre Gauthier, offrir l'eau, c'est ça le véritable luxe.

Classe.

La Grenouillère
19 Rue de la Grenouillère 
62170 Madelaine sous Montreuil (la)
Téléphone :03 21 06 07 22 
Menus à 85 euros (9 plats) et 115 euros (11 plats)
  Chambre d'hôtes à partir de 140 euros et huttes à partir de 215 euros.  

La Grenouillère * La Madelaine-sous-Montreuil (62) - 22 juillet 2013
La Grenouillère * La Madelaine-sous-Montreuil (62) - 22 juillet 2013La Grenouillère * La Madelaine-sous-Montreuil (62) - 22 juillet 2013
La Grenouillère * La Madelaine-sous-Montreuil (62) - 22 juillet 2013La Grenouillère * La Madelaine-sous-Montreuil (62) - 22 juillet 2013

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article