750 grammes
Tous nos blogs cuisine Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Moitoresto

Michelin 2018: c'est amusant, les pronostics...

Michelin 2018: c'est amusant, les pronostics...

Le lundi 5 février, la sélection du guide Michelin 2018 sera dévoilée. Chaque année apporte son lot de rumeurs (qui en fait ne sont la plupart du temps que des avis personnels, d'où le nombre d'erreurs) qui ne sont confirmées que lorsque les chefs qui ont reçu les fameux appels téléphoniques n'arrivent pas à garder le secret. Comme l'année dernière, basés sur ce que je lis et les tables testées, voici mes propres pronostics (= "avis personnels"), rendez-vous le lundi 5 février pour compter les points (l'année dernière, j'avais plutôt eu le nez fin pour la Nouvelle-Aquitaine!)!

Mes pronostics:

3 ETOILES
Pour les 3 étoiles, c'est toujours très difficile, les voix de Bibendum sont impénétrables, mais je tenterais bien de nouveau :
La Villa René Lalique, Wingen sur Moder (67): ces derniers temps, Michelin tend à redonner les 3 étoiles lorsque les chefs changent d'adresse (Yannick Alléno, Le Squer). Ce serait bien que de nouvelles têtes arrivent dans le club fermé des "3" (Alexandre Couillon, Olivier Bellin, Jean Sulpice, Laurent Petit, Christophe Bacquié, Christopher Coutanceau pour notre région...), mais j'ai toujours des doutes pour cette année. En tout cas, tant mieux si le Michelin arrive à surprendre, comme il l'a fait naguère avec La Bouitte!

Cette année se pose également la question de "l'affaire Bras". Pour rappel, Sébastien Bras, fils de Michel, chefs triplement étoilés depuis 1999, a demandé à ne plus figurer dans le guide Michelin, souhaitant ainsi "rendre" ses 3 étoiles, une première pour le guide. Que va décider le Guide Michelin? Au final, peu importe ce qu'il décide, le point est déjà dans le camp Bras. En effet, si jamais Bibendum avait décidé de déclasser ce 3 étoiles, passant à 2 étoiles dans le Guide Michelin 2018, la communication pourra faire passer ça pour "une vengeance du guide rouge". Ils peuvent décider de les laisser à 3 étoiles dans le guide, puisqu'un guide est fait pour les lecteurs, malgré la demande de Sébastien Bras. C'est également excellent pour la maison Bras, puisque cela voudra dire que c'est une maison tellement solide qu'on est obligé de lui donner 3 étoiles. Le guide peut aussi décider (comme ça avait été fait une année pour Marc Veyrat qui souhaitait figurer dans le guide "avec 3 étoiles ou rien", selon des propos rapportés à l'époque) de ne plus les faire apparaitre, mais cela ne changera, à mon avis, rien à la réputation de la maison Bras qui  reste et restera une référence (nous rêvons, par exemple, d'y aller en 2018 pour fêter la naissance de notre deuxième fille, 3 étoiles ou pas!). Position délicate pour le guide, et positionnement atypique pour la maison Bras!
(Mise à jour du 30/01/18: Finalement le Guide Michelin a décidé de ne plus mentionner la maison Bras à partir de l'édition 2018.)

NOUVELLE-AQUITAINE
Le Lauryvan - Saint Junien (87) : Le chef, David Boyer, récupèrerait l'étoile qu'il avait au château de la Cazine. Les inspecteurs ont suivi cette adresse (cf compte Twitter du guide Michelin France) et ont apprécié. 
Le St James (Nicolas Magie) -Bouliac / Bordeaux (33): La cuisine semble avoir atteint le niveau des 2 étoiles, selon les avis diffusés par le fameux Gilles Pudlowski et Stephane Riss. Ce serait une très bonne nouvelle pour Bordeaux.
Auberge Labarthe - Bosdarros (64): Changement de chef et de style de cuisine, l'étoile va logiquement disparaitre (ce qui est dommage, il n'y a aucun étoilé autour de Pau...).
L'Imaginaire - Terrasson (24) : Changement de chef, l'adresse n'est plus supervisée par François Adamski, l'étoile va-t-elle suivre, même avec le beau parcours du nouveau chef? (Mise à jour du 14/01/18: L'imaginaire est en liquidation judiciaire depuis le 13/12/17. Merci à Patrick Chazallet pour l'information)
Cordeillan Bages - Pauillac (33) : Changement de chef, Julien Lefebvre, un ancien chef exécutif de l'univers Pacaud (2 étoiles pour "Histoires" à Paris), a pris la suite de Jean-Luc Rocha. Une étoile, c'est certain, peut-être 2?
Dyades (Domaine des Etangs)- Massignac (16) : le chef, Fabien Beaufour, a quitté l'établissement en octobre 2017 (licenciement selon La Charente Libre), l'étoile devrait donc être supprimée.

Garopapilles - Bordeaux (33): les avis sur internet sont très positifs, et même la fameuse et fiable Elizabethonfood y est allé lors de son dernier périple Bordelais... et elle a fortement apprécié! (Alors qu'elle n'hésite pas à donner un avis négatif, même dans des institutions comme récemment avec Les Troisgros à Ouches. Elle attribue d'ailleurs la même note aux 2: 89/100...) Un sérieux prétendant pour l'étoile?
Passion et Gourmandises - St Benoit / Poitiers (86) : Richard et Laure Toix ont rendu l'étoile, ils devaient migrer vers le Château de Dissay. Cependant, cela ne se fera pas, comme le révèle F&S.
Jean des Sables - Hossegor (40) : Étoile ou pas, cela ne nous empêchera pas d'y aller en 2018! Un chef à suivre, qui semble avoir du talent à revendre! 
(Mise à jour du 25/02/18: Patrice Lubet a quitté les cuisines de Jean des Sables.)

D'autres pronostics à me proposer?

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

brinstish 01/02/2018 10:32

petit rajout : 1977 pour Maxim's, 2005 pour Senderens. Y en a-t-il d'autres ? Possible...

brinstish 01/02/2018 10:28

Je ne vais pas commenter votre avis (personnel). Par contre petite précision : Bras junior n'est pas le premier à "rendre" ses 3 étoiles (ce que je trouve par ailleurs scandaleux du genre "cracher dans la soupe"(!) car ce sont bien les étoiles qui ont fait leur fortune...), il y eut en son temps (années 70 ?) Chez Maxim's à Paris, et plus tard (80's ou 90's ?) Alain Senderens.
Rendre ses étoiles c'est jouer petit ou être parano : l'élégance serait de les refuser dès l'obtention. Cdlt.

moitoresto 02/02/2018 21:32

Bonjour, pour Maxim's, je ne connais pas trop l'histoire. Par contre, pour Senderens, c'est très différent de Bras, car il a changé de gamme de restauration (une façon, probablement, de court-circuiter le Guide Michelin avec des rumeurs de perte de la 3ème étoile, selon ce que j'ai lu). Il y a eu Roellinger également, mais il a fermé son restaurant, contrairement à Bras. Là c'est une première: il dit ne rien changer, mais ne veut plus être évalué par le guide (la pression, comme il dit, mais on peut aussi imaginer une 3ème étoile qui allait peut-être disparaitre, on ne saura jamais...).